•  

    Comment donc ne point s'élancer quand, de la Majesté sublime, ces mots de suave douceur parviendront à l'âme :

    « Viens donc ! »

    Mis à sec, comment le poisson ne sauterait-il pas dans l'onde en écoutant le grondement des flots de l'océan limpide ?

    Comment, de sa proie, le faucon ne volerait-il vers son maître au battement du tambourin qui l'avertit de revenir ?

    Pourquoi ne danserait-il pas comme un atome, le mystique, au soleil de l'éternité qui le sauvera du trépas ?...

    Oiseau ! va donc ! envole-toi ! retourne à ton lieu d'origine, puisque tu t'enfuis de ta cage et que tu déployas tes ailes...

    En avant, mon âme ! en avant ! car nous aussi, nous arrivons de l'univers d'isolement à l'univers de l'union.

    Semblables aux petits enfants, combien de temps, sur cette terre, mettrons-nous cailloux et tessons dans les poches de notre robe ? Secouons de nos mains la terre et vers le ciel envolons-nous ! Evadons-nous de notre enfance ; attablons-nous avec les hommes. Vois donc ! tu fus depuis longtemps captif de ce moule terrestre : déchire donc ton enveloppe et lève la tête, plus haut !...

    A l'âme arrive cet appel :

    « Avance-toi vers le mystère ! reçois ces dons et ces trésors ! ne te plains plus de ta misère ! »

     

     Rûmi

    (Diwân)


    votre commentaire
  •  

     

    Je traverse le monde une torche dans une main et un seau d'eau dans l'autre. Je veux verser de l'eau dans l'enfer et mettre le feu au paradis afin que disparaissent  ces deux tentures et que les hommes ne prient plus Dieu dans la crainte de l'enfer ou dans  l'espoir du paradis, mais uniquement par amour pour Lui.

     

    Rabi'a al-Adawiya est une sainte soufie médiévale (2e siecle de l'hégire)


    votre commentaire
  •  

    L’amour sacré et la raison.

     

    O mon cœur ! renonce un moment à ce corps fait d’argile et d’eau ; puis appelle à l’amour divin tous ceux qui vivent par le cœur ; allume le flambeau de l’âme à la lumière de l’amour ; apprends donc de ton Bien-Aimé le psaume de l’amour sacré. Dis, semblable à la chanterelle les mystères de cet amour.. Révèle ces secrets comme le rossignol qui ne peut parler notre langue ; déclame, tel David, le verset propre à ceux qui sont égarés par l’amour ; récite à ceux qui sont épris le psaume de l’amour sacré ; fais du récit de cet amour le rosaire de ceux qui aiment ; livre donc ton cœur et ton âme pour satisfaire leur désir ; consume-toi, pareil à du bois d’aloès, dans le feu de l’amour sacré ; fonds et consume-toi, pareil à la chandelle. Dans la coupe de la raison, verse le nectar de l’amour, et que ton âme en boive une seule gorgée. Lorsque l’amour est venu, rends aveugle ta raison ; par le cautère de l’amour, imprime une marque sur toi. La raison, c’est comme de l’eau ; et l’amour, c’est comme du feu : entre eux l’accord est impossible. La raison ne perçoit que le monde apparent ; mais l’amour ne perçoit que son dieu bien-aimé. La raison, c’est un passereau dans le filet de la faiblesse ; quant à l’amour, c’est le phénix qui s’élève aux pensées sublimes. La raison n’est que la préface du vaste recueil des mystères ; mais l’amour, avec élégance, en est le distique essentiel. La raison, c’est le fruit nouveau du jardin qu’est l’esprit humain ; mais l’amour, c’est la perle rare brillant dans la,, nuit comme lampe. La raison, c’est l’argent comptant au palais de la création ; mais l’amour est pour notre vie une pierre philosophale. La raison montre les dehors de tout ce qui nous environne ; mais l’amour qui est impétueux ne se soucie point de cela. On met sur la raison le froc des exigences, mais on revêt l’amour d’une robe d’honneur. La raison veut la méthode qui nous enseigne l’éloquence ; mais l’amour ne veut qu’un soupir qui mette en feu toute notre âme. Si la raison nourrit et façonne notre âme, l’amour est comme un feu qui joue avec notre âme. La raison est l’enfant ; l’amour, le maître d’œuvre : entre eux la différence est incommensurable.

    (ATTAR, Asrâr-nâmè, éd. Téhéran, 1298/1881, p. 36.)


    votre commentaire
  • Sois enivré d'amour, car l'amour est tout ce qui existe.
    L'amour est d'ordre universel.
    Chaque instant qui s'écoule loin de l'amour
    Est devant Dieu comme un objet de honte.
    Recherche le royaume de l'Amour
    Car ce royaume te fera échapper à l'ange de la mort.
    Les moeurs de l'amour ignorent les conventions.
    Si tu es amoureux de l'amour, si c'est l'amour que tu recherches,
    Prends un poignard aiguisé et coupe le cou de la timidité.
    Et sache que la réputation est un grand obstacle sur ce Sentier.


    Ibn Roumi


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique