•  MES POEMES A THEMES :Liberté

     LIBERTE

     Sur le chemin houleux de déesse Liberté
    Eprouvés par la marche aux imposants obstacles
    on renonce à conquérir ce fabuleux miracle
    Cédant devant l’appât de la facilité

    Echouant dans les rets de vaines illusions
    L’être en captivité effleure l’existence
    Sans Voir, ni Etre ce qu’il est vraiment d’essence
    Condamné à sévir dans l’âpre confusion

    Porté par des courants aux dérives scabreux
    Façonné tels d’anciens païens adorateurs
    Sous le joug de démons  affreux conspirateurs
    Un pantin malmené par des vents ténébreux

    Car sans les grands pouvoirs de déesse Liberté
    Lumières du coeur, procurant assurance
    On erre dans l'abject gouffre de l’ignorance
    Loin des monts souverains de la Maturité.

    *Nomad*


    votre commentaire
  •  

    ENTRE LES HAUTS ET LES BAS

     

    Quand je contemple de là-haut
    La vie d'ici-bas
    Avec ses hauts et ses bas
    J’ai un haut-le-cœur
    Qui me plonge si bas
    Au fond d’un abîme
    Où je me sens bien bas
    J’erre de bas en haut
    Puis de haut en bas
    Dans l’espoir de toujours
    Remonter plus haut
    Avec cette sensation pénible
    D’être tombé si bas.
    Je refuse chaque fois
    De mettre bas les armes
    M’efforçant haut la main
    De marcher le front haut
    En me disant tout bas :
    Haut le cœur !
    A bas le défaitisme !
    A mesure que je m’élève haut
    Émergeant de ces lieux bas
    Que j’arrive au bout de mes peines
    Sous un ciel haut en couleur
    Je commence à voler haut
    Vers des sommets peu bas
    Où l’âme se complaît
    A méditer sur les maux d’en bas
    Et les aléas de chuter d’en haut

    *Nomad*


    votre commentaire
  •   

     

    ENTRE LE REVE ET LA REALITE

     Entre le rêve et la réalité
    Un labyrinthe frappant de splendeur
    Aux appas trompeurs, grouillant de rôdeurs,
    Est incertaine la finalité
    Mais on s'y accroche

    Entre le rêve et la réalité
    Parade gaîment la douce espérance
    Et le cortège des désirs intenses
    Courtisant sans fin la fatalité
    Loin des anicroches

    Entre le rêve et la réalité
    Des voeux avortés jonchent les dédales
    De folles passions gisent sous les dalles
    Martyrs des leurres de la cécité
    Mais on ne décroche

    Entre le rêve et la réalité
    Un pont étalé sur un fil fin d'or
    Qu'un coeur pur franchit tel un prompt condor
    Pour étreindre enfin la félicité
    Parfois c'est si proche

    *Nomad*


    votre commentaire
  •  

     SOUFFRANCE

      Souffrance, soufre aux relents infâmes
    La lie gisant au tréfonds de l’âme
    Où de ses sillons montent les vapeurs
    Du chagrin trempant dans l’âpre torpeur

    La face morne drapée de pénombre
    Elle se tapit sous les hauts décombres
    Fatras fielleux d’élans avortés
    Pertes déplorées sorts mal supportés

    Spectre sévissant sur les mers des larmes
    Sa galère arrache aux ports sans armes
    Les tributs de maux gravant sur les fronts
    Les corps effondrés les traits de l’affront

    Souffrance avide, prédatrice affreuse
    Souvent à l’affût de chairs savoureuses
    Tu as déployé ta toile araignée
    Sur un empire pour toujours saigner

    *Nomad*


    votre commentaire
  •  

    LUI, L'AUTRE

     Lui l’affreux, le rapace
    Aux transports vifs fugaces
    L’oeil perçant, dent vorace
    A l’affût, faim tenace
    Le coeur, il tourmente d’appétits versatiles.

    Ce pervers si sordide
    Convoitant en avide
    Possessif impavide
    Fin en tours, le perfide
    L’âme, il précipite dans des gouffres hostiles.

    Ce dément ténébreux
    Hibernant fiévreux
    de son être Amoureux
    Aimant jouir, songe-creux
    l’esprit, il occupe de soucis vains, futiles.

    Lui, l’incube émotif
    Cet autre primitif
    Prédateur instinctif
    C’est l’Ego combatif
    Ce double très subtil, cette image infantile


    *Nomad*


    votre commentaire
  • Mon esquif a touché un sol miraculeux
    Peuplé de fruits juteux aux saveurs euphoriques
    De fleurs d'or exhalant des parfums exotiques
    Une île où le temps gris joue un air fabuleux

    Sitôt que j’eus goûté aux délices mielleuses
    Humé à pleins poumons les exquises senteurs
    Maints rêves je sentis naître au fin fond du coeur
    Songes divins voilant la destinée fielleuse

    Débuta l’odyssée au sein de l’illusion
    De rêve en chimère de magie en mystère
    Errant de port en mer tel un fou solitaire
    Grisé par la passion le coeur en effusion

    Quand les flots déchaînés vinrent conquérir l’île
    Le charme se perdit mes esprits je repris
    Mais devant le péril par le sort cruel surpris
    Fuyant en vain l'assaut de ces lames hostiles

    Lire la suite...


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique