• BEAUX TEXTES :Message du Sahara

    BEAUX TEXTES :Message du Sahara



     

    « Il s’appelait Brahim, et il avait bâti sa maison à la lisière du Grand Erg Oriental, entre El Oued et Touggourt.
    Usé par le travail, dans cette rude région du Sahara, il avait élevé une famille de sept enfants, maintenant bien lancés dans la vie.
    Il est décédé voici près de trois ans.
    Son épouse, compagne attentive et fidèle, ne lui a pas survécu : elle l’a suivi sur le même chemin un mois jour pour jour après son départ.
    Si je parle de Brahim c’est parce que cet ami m’a dévoilé les secrets de la marche au désert, et ceci par tous les temps.
    Avant de se sédentariser, il était nomade et sillonnait les grands espaces. Il m’a ouvert son grand savoir par une belle nuit d’été.
    Couché sur le dos, face à la Voie Lactée, Brahim me décrivait le ciel.
    Avec passion, il me dévoilait les étoiles et les constellations, tout particulièrement celles qui sont indispensables au voyageur de la nuit.
    " Celui qui ne connaît pas les étoiles ne marche pas dans la nuit " me dit-il.
    Les identifiant les unes après les autres, il me disait leur nom : celles qui sont immobiles, celles qui bougent, les fiables et les trompeuses.
    Quel festival céleste !
    La nuit avançait et je n’avais plus envie de dormir.
    Brahim s’est alors mis à me raconter comment il avait appris à marcher dans le vent de sable et dans la nuit obscure.
    La nature du sable palpé au creux de la main, les plantes spéciales à telle région du désert, la température du vent, lui faisaient reconnaître sa route.
    Sinon, il laissait aller les chameaux et se fiait à leur flair.
    Et si tout cela venait à manquer… eh bien, me dit-il, " on s’arrêtait, et l’on prenait patience ! "

    Le récit nocturne de Brahim me semble une sage invitation à plus de sérénité.
    Aurions-nous perdu le chemin ?
    Revenons au ras du sol !
    Palpons cette terre humaine qui nous est devenue si familière et si chère.
    Elle est jalonnée de signes dont la nature nous dit une amitié et une fidélité aussi vivaces que les plantes du désert.
    Notre ciel non plus n’est pas sans vivantes étoiles.
    Si certaines sont trompeuses, d’autres nous indiquent fidèlement le chemin.
    Et si nous pensons que tout appui humain nous manque, alors, arrêtons-nous, et prenons patience.
    Surtout ne quittons pas le terrain fiable de notre quotidien et de nos motivations les plus profondes. »
    (Claude Rault, Evêque du Sahara. 9/5/0

    « MES FABLES : Vivre, mourir idiotPOEMES D'AUTEURS : L'homme et la mer »

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :